QUOI METTRE DANS SA TROUSSE DE MÉCANIQUE ET RÉPARATION?

La débrouillardise est essentielle en vélo-camping en montagne


Avant de partir sur des chemins reculés, il est essentiel de bien connaître la mécanique de son vélo, de préparer une bonne trousse de réparation et évidemment, de savoir s’en servir!


LA TROUSSE DE BASE

  • un multi-outils,
  • une ou deux chambres à air de rechange
  • une pompe (ou cartouches + pompes à CO2, je préfère nettement les pompes à air car elles sont utilisables à l’infini)
  • des rustines et de la colle
  • une paire de pince (style Leatherman)
  • des clés à pneu
  • une maille patente
  • des gants de latex et une lingette à alcool ou un chiffon pour me laver les mains.

LA TROUSSE UN PEU PLUS COMPLÈTE

  • des câbles à freins et à dérailleur,
  • un assortiment de boulons et d’écrous,
  • des collets de plomberie (dépannent vraiment lors de bris d’équipement!),
  • des attache-câbles,
  • quelques sangles et cordelettes,
  • des plaquettes de frein de rechange.

Si tu roules tubeless, prévoies tout de même au moins une chambre à air en plus d’un ensemble de réparation, puis du scellant additionnel et une valve de rechange.

Cette trousse est évidemment à adapter selon ton vélo et ses spécificités.

Tu es néophyte en mécanique? Plusieurs organismes comme Technocycle offrent des cours de mécanique. Quelle satisfaction et gage d’autonomie que de savoir démonter, remonter et réparer son vélo soi-même!

LA TROUSSE SUPER ÉQUIPÉE

À ma trousse mécanique vélo, j’ajoute quelques articles de réparations générales :

  • ruban à conduit (duct tape) que j’enroule autour d’un briquet,
  • ruban électrique, du fil à coudre et à pêche avec des aiguilles (ma trousse de couture est rangée dans une boite de Tic Tac, parfaitement robuste et légère).

Marie-Pierre Varin

J’ai commencé à faire du cyclotourisme seule à 19 ans et plus de 10 ans plus tard, je suis encore toujours aussi passionnée par les voyages à vélo. Depuis maintenant 3 ans, je m’intéresse avidement au bikepacking et j’y découvre une façon de voyager plus légère et aventurière, car je peux explorer davantage de territoire via les chemins de gravier et les sentiers. La communauté de bikepackers est grandissante et je me réjouis de voir à quel point c’est enrichissant de partager les connaissances et les expériences que l’on accumule à coup de pédale.

D'AUTRES CONTENUS SUR LE BIKEPACKING

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

TOP